Biomasse Normandie : association au carrefour de la valorisation énergétique et agronomique de la biomasse

Vous êtes ici :

Accueil > Observatoire des déchets en NormandieLes bilans de l’observatoire > Déchets ménagers et assimilés (DMA)

Déchets ménagers et assimilés (DMA)

A l'échelle de la Normandie qui compte plus de 3,3 millions d'habitants INSEE (3,6 millions d'habitants DGF), près de 2 251 290 tonnes ont été collectées et traitées en 2015, soit un ratio de 679 kg par habitant INSEE (629,6 kg/hab.DGF).

On constate que les flux transitant par les 271 déchèteries régionales représentent près de 44 % de la masse globale. Chaque foyer utilise plus de 6 fois par an le réseau de déchèteries publiques pour y déposer ses déchets occasionnels, ses déchets verts et ses déchets diffus spécifiques.

Répartition des DMA collectés en 2015 

 

Les ordures ménagères résiduelles représentent quant à elles 38 % des tonnages collectés et constituent le poids économique prépondérant du budget des collectivités locales.

Cette répartition est variable selon les départements. On remarque en effet que la part d'ordures ménagères résiduelles est moins importante dans la Manche (33 %) que dans les autres départements normands. Plusieurs facteurs d'explication peuvent justifier cette différence :

  • Le tri à la source des matériaux recyclables est plus pratiqué dans la Manche, ce qui est certainement lié à une communication et une sensibilisation plus soutenue et un réseau de points d'apport volontaire plus développé, notamment en secteur touristique ;
  • La pluviométrie plus importante dans la Manche implique une plus forte production de végétaux et donc des quantités de déchets verts gérés par les collectivités. Les déchets verts représentent ainsi 22 % des déchets collectés dans la Manche contre 21 % dans les autres départements ;
  • Les performances de collecte de déchets occasionnels sont supérieures de 13 % à la moyenne régionale, ce qui peut se justifier par un réseau de déchèteries dense, avec un site pour moins de 10 000 habitants et une utilisation régulière de ses installations par les usagers, avec en moyenne plus de 7 passages par an et par foyer.

 

Les performances de collecte observées en 2015 par flux et par département

 

Grâce au suivi des départements bas-normands depuis 2004 et de l'Eure depuis 2011, il est possible de faire quelques commentaires sur l'évolution de la production des déchets ménagers et assimilés sur ces 4 départements :

  • La production individuelle d'ordures ménagères résiduelles a diminué de près de 10 % entre 2011 et 2015 ;
  • Les productions de déchets verts, particulièrement sujettes aux conditions météorologiques, peuvent varier de manière importante d'une année à l'autre ;
  • L'augmentation des productions individuelles de déchets occasionnels (+4 % entre 2011 et 2015) peut être expliquée par un usage de plus en plus fréquent des déchèteries et le développement de nouvelles filières.

 

Evolution des DMA collectés sur 4 départements (2011-2015)

 

Enfin, le taux global de valorisation des déchets ménagers et assimilés (hors inerte) observé en 2015 est de l'ordre de 78 %, dont 33 % de valorisation énergétique, 27 % de valorisation agronomique et 17 % de valorisation matière, recyclage ou réemploi. Ainsi, le taux de valorisation agronomique et matière observé en Normandie avoisine 44 %. Ce taux est légèrement supérieur à la moyenne nationale (40 %) mais reste à ce stade inférieur aux objectifs de la Loi de Transition Énergétique (LTE).

 

Synoptique de la gestion des DMA en Normandie

 

Pour des informations plus complètes sur l'organisation des compétences, les tonnages détaillés, les itinéraires techniques, ..., téléchargez le bilan complet et les cartes associées dans la barre de téléchargement de droite.


Autres liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com

Crédit partenaires financeurs

Site financé avec l'aide de

Moteur de recherche

Animations graphiques